Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à mes élèves de secondes E et I, de premières H et ST2S2 et de terminale B.

La bande originale du film La Princesse de Montpensier. (TL)

Publié le 10 Septembre 2019

Playlist incontournable, la B.O. du film de Bertrand Tavernier. Où l'on entend par exemple que la jeune Marie est annoncée musicalement par l'air dit de "Chabannes" qui est en fait une reprise d'un air anonyme du seizième siècle intitulé "une jeune fillette"qui évoque le désespoir d'une jeune fillette que ses parents ont mise au couvent contre son gré, sans tenir compte de l'amour qu'elle éprouvait pour un garçon de son âge. Cette chanson sera un "tube" à partir du seizième siècle. Il s'agit pour Tavernier d'évoquer le lien très fort qui unit Marie et Chabannes.

 

Paroles de la chanson.

 

Une jeune fillette
   de noble coeur,
Plaisante et joliette
   de grand' valeur,
Outre son gre on l'a rendu' nonnette
Cela point ne luy haicte
   dont vit en grand' douleur.

Vn soir apres complie
    seulette estoit,
En grand melancolie
    se tourmentoit,
Disant ainsi, douce Vierge Marie
Abregez moy la vie,
    puisque mourir je doy.

Mon pauvre coeur
   souspire incessament,
Aussi ma mort
   desire journellement.
Qu'a mes parens ne puis mander n'escrire,
Ma beaute fort empire,
   je vis en grand tourment.

Que ne m'a-t-on donnee
   a mon loyal amy,
Qui tant m'a desiree
   aussi ay-je moy luy,
Toute la nuict my tiendroit embrassee
Me disant la pensee
   et moy la mienne a luy.

A Dieu vous dy mon pere,
   ma mere e mes parens,
Qui m'avez voulu faire
   nonette en ce couvent,
Ou il n'y a point de resjouissance,
Je vis en desplaisance
   je n'attens que la mort.

La mort est fort cruelle
   a endurer,
Combien qu'il faut par elle
   trestous passer.
Encor'est plus grand mal que j'endure,
Et la peine plus dure
   qu'il me faut supporter.

A Dieu vous dy
   les filles de mon pays,
Puis qu'en cest' Abbaye
   me faut mourir,
En attendant de mon Die la sentence,
Je vy en esperance
   d'en avoir reconfort.