Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à mes élèves de secondes E et I, de premières H et ST2S2 et de terminale B.

La force du film d'animation.

Publié le 18 Février 2021 par OO

Le film d'animation Valse avec Bachir (2008), à la frontière de l'autobiographie, de la fiction et du documentaire, retrace le travail de mémoire du réalisateur israélien Ari Folman sur son expérience de la guerre du Liban dans les années 1980.

L'intrigue du film.

Hanté par ses cauchemars, Ari Folman, ancien soldat de Tsahal (l'armée israélienne), cherche à retrouver la mémoire de ce qu'il a vécu et vu au cours de la guerre du Liban. Il décide d'interroger des journalistes, des psychologues et certains de ses anciens compagnons d'armes.

A partir des "retours en arrière" que chaque témoignage permet, la mémoire lui revient progressivement et se focalise finalement sur le massacre des réfugiés palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila (quartiers de Beyrouth) perpétré par des milices libanaises en 1982.

Quels sont les éléments qui relèvent de l'autobiographie, de la fiction, du documentaire ? Par quels moyens spécifiques un film d'animation peut-il éveiller les consciences ?

A lire : lien vers une source fiable qui rappelle les grandes lignes de la guerre du Liban.