Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce blog est destiné à mes élèves de secondes E et I, de premières H et ST2S2 et de terminale B.

Séquence n°4 : le roman, les personnages : visions du monde et de la société.

 

 

Fiche n° 1 : les personnages de romans.

 

Extrait. (Cliquez sur le titre pour obtenir la fiche)

 

 

Les personnages de romans.

 

 

Personne et personnage.

Une personne : individu qui existe réellement, un personnage : la représentation fictive d’un être humain. Le personnage appartient au monde imaginaire créé par le romancier. C’est un être de papier qui donne l’illusion au lecteur de faire partie du monde réel. Les risques de confusion sont grands, car les pouvoirs d’illusionnistes des romanciers sont efficaces et un lecteur naïf peut être tenté de considérer le personnage comme une personne, en le jugeant selon des critères moraux et psychologiques, en oubliant alors que le personnage est construit selon des codes précis.

Ex : le procès fait à Flaubert pour sa Bovary, Bardamu jugé immoral, le procès fait à Michel Houellebecq pour les propos tenus pas son personnage dans Plateforme.

 

 


Fiche n° 2 : les contraintes du roman d'apprentissage.

 

Extrait.

 

 

 

 

 

 

Quelques critères permettent de resserrer le champ des œuvres constituant de véritables romans d’apprentissages, en excluant celles qui se situent à la limite du genre et qu’il serait abusif d’y intégrer. L’apprentissage n’est pas un parcours d’étudiant. Le héros est toujours jeune, mais il n’est plus sur les bancs de l’école. Le propos du roman d’apprentissage n’est pas l’instruction, au sens universitaire du terme. Il postule que le sujet poursuit sa propre expérience, sa découverte de la vie et du monde, qu’il s’affronte à la vie sociale. Ainsi agit Rastignac : il néglige très vite les cours à la faculté pour chercher dans le monde à la fois des informations et des règles de conduite.

 

 


 

 

 

 

 

Fiche portant sur le roman L’Étranger d’Albert Camus.

 

 


 

Petite histoire du roman depuis les origines jusqu'à aujourd'hui.

 

 

Se servir de ce document afin de savoir répondre aux questions de "bachotage" fournies.

 

 

 

 

 

Pourquoi parle-t-on du triomphe du roman au XIXème siècle ?

Le romantisme favorise l’expression du sentiment personnel que l’on trouve chez Constant (Adolphe, 1816) ou Chateaubriand (Atala, 1801 et René, 1802). Ensuite, le roman historique connaît un grand succès (Les Chouans de Balzac, 1829 et Notre-Dame de Paris, Hugo, 1831 et, plus tard, Les Trois Mousquetaires de Dumas) car ces romans mêlent le pittoresque et ils veulent expliquer le présent par le passé. Le romancier va pouvoir devenir l’historien du présent. L’histoire littéraire retient pour le genre du roman deux courants majeurs : le réalisme et le naturalisme. Stendhal situe ses romans dans une époque récente. Il veut fonder sa fiction sur l’étude du vrai et copier la réalité d’après nature. Dans le Rouge et le Noir, 1830, Saint-Réal affirme qu’ « un roman, c’est un miroir que l’on promène le long du chemin ». Chez Stendhal mais surtout chez Balzac et Zola et même chez Flaubert, s’installe l’illusion qu’il existe une sorte d’équivalence entre la réalité sociale et la narration romanesque : le personnage et son parcours expriment une certaine idée des rapports entre individus et société. Ainsi réussissent, chez Balzac, ceux qui, tels Vautrin ou Rastignac, savent vivre dans le sens que leur impose la société alors que sont broyés ceux qui, tels Eugénie Grandet, en méconnaissent le fonctionnement ou tentent de s’y opposer.

Le personnage de roman au XIXè siècle.

  Au XIXè siècle, le roman s’impose comme un genre littéraire majeur. C’est l’époque où les oeuvres, parfois isolées et de dimensions modestes, s’organisent en ensembles plus vastes, comme la Comédie humaine de Balzac, les Misérables de Victor Hugo ou le cycle des Rougon-Macquart de Zola. Mouvements et écoles se succèdent, du romantisme au réalisme, du naturalisme à la décadence : les marques de ces mouvements sont perceptibles dans les romans, sans pour autant faire oublier des écritures singulières qui échappent à toute classification. Le roman est le lieu d’expériences, voire d’expérimentations sur l’homme et son caractère, l’homme et son milieu, l’homme et le monde.

 

A Une approche psychologique.

 

On peut considérer que le roman La Princesse de Clèves est le premier grand roman d’analyse psychologique. Le romantisme, au début du XIXè siècle accorde au “moi” une importance capitale et s’attache à montrer, dans des écrits le plus souvent à la première personne, les mouvements de l’âme d’un personnage, comme Chateaubriand dans son roman René, en 1802. En 1802 également, Madame de Staël publie Delphine et déclare dans la préface de son roman :

Observer le coeur humain, c’est montrer à chaque pas l’influence de la morale sur la destinée : il n’y a qu’un secret dans la vie, c’est le bien ou le mal qu’on a fait ; il se cache, ce secret, sous mille formes trompeuses : vous souffrez longtemps sans l’avoir mérité, vous prospérez longtemps par des moyens condamnables ; mais tout à coup votre sort se décide, le mot de votre énigme se révèle, et ce mot la conscience l’avait dit bien avant que le destin l’eût répété. C’est ainsi que l’histoire de l’homme doit être représentée dans les romans ; c’est ainsi que les fictions doivent nous expliquer, par nos vertus et nos sentiments, les mystères de notre sort”.

les romanciers donnent ainsi accès aux ressorts secrets des actions humaines, ils se font aussi essayistes : c’est le cas de Stendhal qui, outre ses oeuvres de fiction, a publié en 1822 un traité, De l’amour, où l’on trouve bien des traits psychologiques de ses personnages, qu’il s’agisse de la jalousie d’un comte Mosca, dans La Chartreuse de Parme ou de la passion d’une Madame de Rênal, dans Le Rouge et le Noir.

 

B Une approche sociologique.

 

Au-delà de personnalités singulières, le roman du XIXè siècle montre aussi des individus influencés par la société dans laquelle ils vivent et présente les personnages comme des types sociaux. Ainsi, Frédéric Moreau dans L’Éducation sentimentale figure-t-il une façon d’être et d’aimer en conformité, selon Flaubert, avec la façon de faire de la politique propre à la décennie 1840-1850 : il est un jeune bourgeois de ces années-là, se laissant porter par les événements. La volonté de représenter des types sociaux est particulièrement affirmée par le roman balzacien et l’auteur s’en explique, plusieurs années après avoir entrepris la rédaction de son gigantesque ensemble de la Comédie humaine, qui comporte 91 ouvrages sur les 137 prévus, et qui fait vivre 2000 personnages sur les 3000 à 4000 envisagés. Le but du romancier, véritable démiurge (Dieu, créateur de l’univers, et par extension, créateur d’une oeuvre gigantesque), c’est de faire “concurrence à l’état-civil”. Il écrit dans l’avant-propos à la Comédie humaine en 1842 :

« Le hasard est le plus grand romancier du monde : pour être fécond, il n’y a qu’à l’étudier. La société française allait être l’historien, je ne devais en être que le secrétaire. En dressant l’inventaire des vices et des veruts, en rassemblant les principaux traits des passions, en peignant les caractères, en choisissant les événements principaux de la Société, en composant des types par la réunion des traits de plusieurs caractères homogènes, peut-être pouvais-je arriver à écrire l’histoire oubliée par tant d’écrivains, celle des moeurs. Avec beaucoup de patience et de courage, je réaliserais sur la France au XIXè siècle, ce livre que nous regrettons tous que Rome, Athènes, Tyr, Memphis, La Perse, l’Inde, ne nous ont malheureusement pas laissé sur leurs civilisations ».

Souhaitant ne pas se cantonner à la peinture des seules classes privilégiées, les romanciers font exister ans leurs oeuvres des personnages appartenant à tous les secteurs de la société : Balzac évoque Paris et la province, des nobles et des roturiers, des jeunes et des vieilles filles...

 

C Une approche scientifique.

 

La science triomphe au XIXè siècle et influence donc logiquement le roman. Deux disciplines considérées à l’époque avec beaucoup de sérieux, ont pu ainsi guider Balzac dans sa définition du personnage et sa conception du portrait : il s’agit de la phrénologie et la physiognomonie. Pour la première, la forme du crâne annonce la conformation psychologique et intellectuelle de l’individu. Selon la seconde, l’interprétation des traits du visage permet de connaître l’individu. (Se souvenir des portraits dans Le père Goriot). De même, les théories de Darwin (1809-1882) sur l’évolution des espèces et sur la sélection naturelle, les recherches du botaniste Mendel (1822-1884) qui ont mis en évidence les lois de l’hérédité ont pu amener Zola à définir le projet de son cycle romanesque des Rougon-Macquart pour en faire l’histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire” :

« Je veux expliquer comment une famille, un petit groupe d’êtres, se comporte dans une société, en s’épanouissant pour donner naissance à dix, à vingt individus, qui paraissent, au premier coup d’oeil, profondément dissemblables, mais que l’analyse montre intimement liés les uns aux autres. L’hérédité a ses lois, comme la pesanteur ».

Dans un essai plus étendu, le chef de file du naturalisme assimile sa démarche à celle du médecin Claude bernard (1813-1878) qui avait fait paraître en 1865 une Introduction à la médecine expérimentale. Zola écrit quant à lui Le Roman expérimental en 1880, reprenant à son compte la nécessité exprimée par le physiologiste d’observer et d’expérimenter.

« Eh bien ! en revenant au roman, nous voyons également que le romancier est fait d’un observateur et d’un expérimentateur. l’observateur chez lui donne les faits tels qu’il les a observés, pose le point de départ, établit le terrain solide sur lequel vont marcher les personnages et se développer les phénomènes. Puis l’expérimentateur paraît et institue l’expérience, je veux dire fait mouvoir les personnages dans une histoire particulière, pour y montrer que la succession des faits y sera telle que l’exige le déterminisme des phénomènes mis à l’étude ».

 

D Une approche esthétique.

 

Cependant, si la démarche rationnelle des romanciers est avérée, la création d’un personnage obéit à des considérations esthétiques. C’est ce que rappelait Théophile Gautier en 1835 dans la Préface à Mademoiselle de Maupin, posant les fondements de la théorie de l’art pour l’art. C’est ce que développe avec force Maupassant dans la préface à Pierre et Jean : “Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable”, écrit Maupassant dans cette préface. L’auteur prend ses distances avec une interprétation trop restrictive des théories naturalistes. Le romancier, avant tout, est un artiste qui choisit, trie, compose des personnages en vue d’un effet particulier.

 

 

 

 

 

Balzac et le système des personnages récurrents.

 

 

Deux exemples (vérifiés, je dispose du "dictionnaires des personnages de la comédie humaine") de ce système balzacien. Voici, en gras, l'adresse du site qui propose ce classement.

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_peronnages_d’Honoré_de_Balzac

Eugène de Rastignac est un personnage romanesque d'Honoré de Balzac dont les aventures débutent dans le Père Goriot et dont l'évolution va se poursuivre dans un nombre considérable de romans de la Comédie humaine.

C'est un jeune homme ambitieux, qui regarde la « bonne société » avec des yeux à la fois surpris et envieux, qui va se montrer prêt à tout pour parvenir à ses fins. Aujourd’hui, un Rastignac (antonomase, sans vouloir jouer les "pédants") est un arriviste, un « jeune loup aux dents longues ».

 

Chronologie de Rastignac dans la Comédie humain.

Rastignac, jeune étudiant de 22 ans (en fait il a 21 ans, Rastignac se vieillit d’un an lors d’une conversation avec sa cousine, madame de Beauséant), confronté au cynisme des uns (dont Vautrin) et aux duperies des autres, devient amant de Delphine de Nucingen. Après la mort du père Goriot, il pousse son célèbre cri "A nous deux maintenant !", que Balzac complète par un ironique "Et pour premier acte de défi que Rastignac portait à la société, il alla diner chez la baronne de Nucingen." Le cri d'un arriviste.

Une année a passé. Le jeune « loup », amant de Delphine de Nucingen, est devenu banquier aux côtés de son mari, le baron de Nucingen.

Rastignac, devenu expert en luttes d’influence, louvoie dans la société. Il sait aussi bien éliminer ceux qui le gênent que se mettre dans le sillage des hommes qui montent.

Rastignac est devenu membre à part entière du monde des « roués Parisiens », ces meneurs de la société qu’il admirait tant lors de son arrivée à Paris.

Rastignac est alors âgé de vingt-cinq ans selon Bianchon, narrateur de cette nouvelle qui montre son ami tenté par la marquise de Listomère, dans une histoire amoureuse qui restera sans suite.

Rastignac a commencé à profiter aux côtés de Nucingen, il a déjà quatorze mille livres de rente, a doté et marié ses sœurs et songe à quitter Delphine au profit d’une marquise fortunée, la marquise d'Espard. Reste fidèle aux mercredis de Célestine Rabourdin, salon où il retrouve Lucien de Rubempré, Horace Bianchon, et un certain nombre d'intellectuels parisiens

Rastignac a grandement évolué : il est aujourd’hui désabusé, cynique, joueur, « viveur », à la limite de la débauche et de l’auto-destruction.

L’action de ce livre se situe en 1836 mais une conversation entre quatre journalistes révèle l’ascension de Rastignac : encore sans le sou en 1827, Rastignac a rompu en 1833 avec Delphine de Nucingen mais travaille toujours avec son mari qui l’associe à des opérations frauduleuses et lui permet de gagner quatre cent mille francs et de se constituer un rente de quarante mille livres. Il est en passe, en 1836 de devenir ministre, pair de France...

Rastignac est pour la seconde fois ministre, il vient d’être fait comte et suit les traces de Nucingen. Il a épousé en 1839 la fille de Delphine et du baron de Nucingen. Le comte Maxime de Trailles, relation de Rastignac, définit ainsi son parcours : « Vous avez fini par épouser l’unique héritière des millions de Nucingen, et vous l’avez bien gagné... vingt ans de travaux forcés ! »

Rastignac a 48 ans. Le caricaturiste Jean-Jacques Bixiou dit de lui : « Il a trois cent mille livres de rentes, il est pair de France, le roi l’a fait comte, c’est le gendre de Nucingen, et c’est un des deux ou trois hommes d’État enfantés par la Révolution de juillet ; mais le pouvoir l’ennuie quelquefois, et il vient rire avec nous... »

On le retrouve également dans les romans suivants :

La vicomtesse de Beauséant est un personnage de fiction de La Comédie humaine d'Honoré de Balzac qui apparaît notamment dans le Père Goriot. La vicomtesse est la cousine d'Eugène de Rastignac et l'amante du marquis d'Ajuda-Pinto. C'est elle qui, trahie par son amant, entreprend de donner à Rastignac sa première leçon d'arrivisme. Mme de Beauséant appartient à la haute noblesse et règne au travers de ses réceptions sur le tout-Paris. Née Claire de Bourgogne en 1792, elle descend d'une branche bâtarde de la Maison de France.

Chronologie de la vicomtesse de Beauséant. 

  • en 1819, son personnage se précise dans le Père Goriot où elle joue un rôle important vis à vis de son parent Eugène de Rastignac. Elle présente d’abord le jeune homme à son mari (le vicomte de Beauséant), puis elle l’introduit dans le grand monde en lui donnant de précieux conseils. Dans ce même roman, on apprend qu’elle vient d’être abandonnée par son amant, le marquis d'Ajuda-Pinto. Et que pour fuir l’humiliation qu’il lui inflige en épousant mademoiselle de Rochefide, elle va quitter Paris immédiatement après la célèbre fête où est enfin invitée Delphine de Nucingen qui attendait cette occasion depuis longtemps.
  • en 1820, dans l'Interdiction, la duchesse de Langeais lui prend son rôle de reine du tout-Paris. Elle est immédiatement détrônée par la marquise d'Espard.
  • en 1822, dans la Femme abandonnée, elle s'est retirée dans la plus grande solitude à Courcelles, en Basse-Normandie et elle refuse de voir quiconque. Mais le jeune Gaston de Nueil, venu en convalescence dans une famille de haut rang (les Champignelles), finit par forcer sa porte et la séduire. Après bien des hésitations, la vicomtesse se laisse aller aux joies d’un nouvel amour. Après un séjour de plusieurs années à Genève avec son jeune amant, elle l’incite à se marier en espérant qu’il refusera. Gaston de Nueil se marie et de nouveau, la vicomtesse est abandonnée.

Elle apparaît aussi dans :